Le 23 avril, offrez des roses mais surtout des livres…

La Sant Jordi est une fête catalane qui se déroule le 23 avril, jour de la Saint-Georges, patron de la Catalogne.

La tradition veut que chaque année, on offre un livre et une rose. Ce jour est également devenu, sous l’égide de l’UNESCO, journée mondiale du livre et du droit d’auteur.

Alors, pensez à offrir des livres le 23 avril car ça fait toujours plaisir…

Pour vos commandes, on vous conseille nos amis de la Librairie Hispa:

www.librairie-hispa.com

 

Sant-Jordi-3

« Nager sans se mouiller » de Carlos SALEM

Titre: VO: Matar y guardar la ropa

VF: Nager sans se mouiller

Auteur : Carlos SALEM nager sans se mouiller

Carlos Salem Sola est né à Buenos Aires le 22 décembre 1959. Mais cet écrivain argentin réside depuis 1988 en Espagne et plus précisément à Madrid, où il est romancier, poète et journaliste. Son premier roman, Camino de ida (éd. Salto de Página, 2007), lauréat du prix Memorial Silverio Cañada à la Semana Negra de Gijón en 2008, a été édité en France l’année suivante sous le titre Aller simple (Editions Actes Sud).

Depuis, Salem a publié trois autres romans, dont deux polars (Matar y guardar la ropa, Salto de Página, 2008, prix Novelpol – en français Nager sans se mouiller, Actes sud, « Actes noirs », 2010 – et Pero sigo siendo el rey, Salto de Página, 2009), et une histoire… « romantique » (Cracovia sin ti, éd. Imagine, 2010, Premio Internacional Ciudad de Seseña de Novela Romántica). Entre 2008 et 2010, cet écrivain prolifique a également publié trois ouvrages de poésie et un recueil de nouvelles, ainsi que de nombreux articles. Pour l’anecdote, Carlos Salem a été découvert par son éditeur espagnol lors d’une des soirées poésie qu’il organisait dans son bar madrilène, le Bukowski.
Il est professeur au Centre de formation de romanciers (Centro de Formación de Novelistas) de Madrid, et dirige des ateliers d’écriture à Madrid et Genève.

En 2013, il a publié « Un jamon calibre 45 » puis « El hijo del tigre blanco » qui ont également été traduits en français et publié en France.

Vous pouvez obtenir bien plus d’informations sur le blog de l’auteur :

http://carlossalem.blogspot.fr/

Editions:

VF: “Nager sans se mouiller” de Carlos SALEM

Editions Actes Sud, collection Babel Noir (296 pages) Prix : 8,70€

VO: « Matar y guardar la ropa» de Carlos SALEM

Ediciones Purpura 18 (352 pages)

Vous pourrez  le commander en version originale chez nos amis de la Librairie Hispa (19,57€) en version originale en cliquant tout simplement sur le lien suivant :

http://www.librairie-hispa.com/catalog/product_info.php?products_id=3687

Commentaires:

Carlos Salem a cette qualité argentine si spéciale : celle de vous emmener dans un monde à part, son univers où tout est possible et rien n’est absurde. Rappelez vous que je vous avais vivement recommandé une cure de drôlerie avec « Je reste roi d’Espagne », et bien je vais récidiver avec « Nager sans se mouiller ». Rien qu’à partir du titre tant en français qu’en espagnol, vous savez que Carlos Salem va vous faire vous marrer et passer un bon moment. Imaginez qu’il va mettre un tueur en série du style de Hitman dans un camp nudiste avec ses enfants et son ex-femme et imaginez… matar-y-guardar-la

Juanito Perez Perez est un bientôt quadragénaire plutôt timide d’apparence et qui fait un boulot ennuyeux : celui d’être un cadre supérieur pour une grosse multinationale dans le domaine médical. Ennuyeux à première vue car ce père divorcé est en fait autre chose : c’est Numéro Trois, un tueur à gages qui sait très bien faire son boulot et qui bosse pour l’Entreprise. Il a tout appris avec l’ancien Numéro Trois, sorte de père qu’il n’a pas eu et qui lui a toujours recommandé de ne pas se poser de questions sur son boulot, le vrai. C’est peut être en faisant cela qu’il a tué celui qi lui a tout enseigné… Peut être qu’il faut repenser un peu à sa vie en général, à son ex-femme, à ses enfants, … Les premières vacances avec ses deux enfants seront idéales pour y réfléchir ou pas. L’Entreprise décide de l’affecter à une mission qu’il ne peut refuser : surveiller quelqu’un mais il ne sait pas encore qui. Et ça sera dans un camp nudiste. Pas le choix, il part en vacances là bas avec ses enfants ; sur place, il va se croiser nez à nez (et sans vêtements) avec son ex-femme et son nouvel amour. Il croisera aussi son passé à travers un vieil ami à qui il a volé une jambe et un œil, une superbe créature qu’il n’arrive pas à oublier, un vieil inspecteur qu’on a déjà croisé dans un autre roman, etc.

Juanito va devoir se faire face à lui-même, se découvrir dans tous les sens du terme. C’est peut être nu qu’il devra faire face à la mort mais aussi et surtout à la vie. Vacillant entre amour et danger, le récit défile comme un efficace roman noir où le burlesque et la poésie dansent ensemble pour nous faire chavirer dans un tango littéraire bien loin du Buenos Aires typique mais plus sur une belle plage de la côte espagnole. Rien à dire si ce n’est que l’on passe encore une fois un excellent moment entre rires et émotions. Juanito va devoir gérer l’amour, le danger, la paternité et son passé… Autant vous le dire, c’est un roman qu’il faut absolument lire si vous voulez vous détendre !!!

Roberto.

Ce soir, venez fêter Pâques avec El Pinguino…

Ce soir, 20 avril 2014, El Pinguino revient sur les ondes pour fêter Pâques !!! Pour cette date mythique notamment pour les fans de Celtas Cortos, les Pinguinos ont décodés de s’amuser comme d’habitude et de vous faire partager leur cocktail de musique hispanique en retrouvant presque toute l’équipe.Easter_penguin

Iñaki a concocté un mélange musical pour que la banquise vibre sous le bon son pendant que le reste de l’équipe vous parlera de ses rubriques habituelles… Nous vous avouons qu’il est possible que l’on mange du chocolat en même temps car les Pinguinos sont très gourmands…

Si vous voulez faire une petite dédicace, nous vous rappelons que l’antenne est libre donc appeler nous au 01-40-24-29-29 (Prix appel local) à partir de 22h.

Pour nous écouter: 93.1 FM ou www.aligrefm.org 

Joyeuses Pâques à tous !!!! Et à ce soir sur la banquise…

 

Ecouter l’émission du 13 avril !!

En écoutant l’émission du 13 avril, vous pourrez réécouter l’interview de Lucas Masciano mais également les titres suivants:

MEDINA AZAHARA « Pegado al suelo »

PEREZA « Lady Madrid »

EXTREMODURO « Qué borde era mi valle! »

CELTAS CORTOS « 20 de abril »

BELGRADO « La ciudad »

LIDIA GUEVARA « No voy a llorar »

LORI MEYERS « Una señal »

DAVID ESPIN « Abréme la puerta »

MAGO DE OZ (feat. Tony Solo) « Sacale brillo a una pena »

M-CLAN « Para no ver el final »

ROSENDO « Vergüenza torera »

EL CANTO DEL LOCO « La suerte de mi vida »

LUCAS MASCIANO « Alta tension »

LUCAS MASCIANO « Dos dias »

JOSE ROCKALCOHOL « La vieja escuela »

DESPISTAOS « Te quedas a mi lado »

 

 

Lucas Masciano, un artiste à découvrir…

Lucas Masciano est un auteur compositeur interprète argentin, né il y a 36 ans à Chivilcoy (près de Buenos Aires).

Très jeune, il commence à étudier la musique avant de décider d’en faire son métier à la fin des années 90.

Après 3 albums en Argentine et une reconnaissance au delà des frontières de son pays, en 2001, il débarque et s’installe à Barcelone.

Il joue d’abord dans la rue, le métro pendant environ un an jusqu’au jour où une rencontre avec David Otero (El canto del Loco) va lui permettre de signer son premier contrat et d’enregistrer des albums.

S’en suivent 4 albums en Espagne, de la promo, des tournées à travers le pays :

2004 – Al diablo con todo (album  qui voit la participation de David Otero sur un titre)

2006 – Patas arriba

2008 – Todo bien (enregistré sous le label de David Otero et Dani Martin, Manicomio records)

2011 – Siempre y cuando sobre todo (un album unplugged enregistré avec des invités à la Casa de América à Madrid)

IMG_6554 (1)

2014 – De Paris a Transilvania

Le 8ème album de Lucas Masciano est une sorte de retour aux sources, à l’essentiel après 2 années de pause dans sa carrière. L’idée même de l’album lui est venue lors d’un voyage en Inde un an auparavant.

Et en octobre dernier, après une série de concerts dans les rues de quelques villes espagnoles, il part en van avec 4 amis (Paco Zarate, Yuri She, Tito Marquez et Federico Russo) pour un voyage de 8 jours de Paris à la Transylvanie.

Dans chaque ville, au hasard des rencontres avec des musiciens de rue, de conservatoire, des passionnés, il enregistre une partie des morceaux de son futur album.

De cette aventure, il sera filmé un documentaire réalisé par Federico Russo. Environ une heure retraçant ces rencontres, ces moments de partage musical, ce voyage et les impressions de Lucas. Le documentaire a été présenté à la presse et au publique le 13 mars dernier à Barcelone dans le Théatre Latino.

Cet album c’est donc une autre manière de vivre la musique. Un album fait sans urgence, sans pression ou l’élément majeur reste  la Musique et seulement la Musique

On attend donc impatiemment la sortie de cet album et on peut déjà profiter du premier extrait de l’album « Alta Tension ». Mais on vous laisse la bande annonce pour vous donner envie…


Pour suivre Lucas Masciano sur les réseaux sociaux :

https://twitter.com/lucasmasciano

https://www.facebook.com/LucasMascianoOficial

https://www.youtube.com/user/LucasMascianoOficial

« La melancolia de los hombres pajaro » de Juan BOLEA

Titre : VO: La melancolía de los hombres pájaro.

Juan Bolea est né à Cadiz en 1959. Il a obtenu une maitrise en Géographie et une autre en Histoire. Depuis 20 ans, il se dédie exclusivement à l’écriture. Il a été conseiller culturel de la mairie de Saragosse, ville où il réside.

Actuellement, il est membre de l’Association Aragonaise des Auteurs, journaliste et chroniqueur dans le quotidien« Periódico de Aragón », où il publie sa propre rubrique “Sala de máquinas”. Ses œuvres publiées sont: “El palacio de los jardines oblicuos” (1981), “Mulata” (1992), “El color del Índico” (1996), “El manager” (2001), “El gobernador” (2003),   » Los Hermanos de la Costa » (2005) et “La mariposa de obsidiana” (2006). En 2009, il continue sa saga avec son personnage fétiche, la sous-inspectrice Martina de Santo, avec son roman : « Un asesino irresisitible » et il récidive en 2011 avec « La melancolia de los hombres pajaro » qui obtiendra le Premio abogados de novela.

Editions :

VO: « La melancolía de los hombres pajaro » de Juan BOLEA

Ediciones Booket   (320 páginas)

Vous pouvez  le commander en version originale chez nos amis de la Librairie Hispa (pour 9,91€) en cliquant sur le lien suivant:

http://www.librairie-hispa.com/catalog/product_info.php?products_id=3747

 

Commentaires :

Juan Bolea nous a habitués à nous transporter dans des lieux magiques en compagnie de son inspectrice fétiche, Martino de Santo. Avec « La Melancolia de los hombres pajaro », il frappe un grand coup car cette fois-ci une partie de l’intrigue va se dérouler sur l’Ile de Pâques, rien que ça. Au beau milieu des jolis paysages de cette île mystérieuse et à l’ombre des gigantesques moais, il va nous faire faire un voyage extraordinaire. Un voyage certes, mais en ce qui concerne l’intrigue du roman, je porterai réclamation auprès de la compagnie de voyages pour tromperie.

Le roman débute rapidement près de Santander où l’inspectrice Martina de Santo attend son affectation à Madrid et profite du calme provincial qu’elle nous a habitué à apprécier tant dans « Los hermanos de la costa » que dans la « Mariposa de obsediana ». Plus précisément c’est dans un petit village à quelques kilomètres appelé El Tejo que tout commence : Martina rend visite à une de ses amies, Sara Labot, épouse du célèbre avocat pénaliste qu’elle connait bien, Jesus Labot. A des milliers de kilomètres de là, le beau-frère de Sara Labot, Francisco Camargo, grand banquier espagnol et investisseur millionnaire, peaufine ses projets sur l’Ile de Pâques. Il va inaugurer un hôtel luxueux qui va s’inaugurer le 31 décembre, le même jour où une éclipse solaire doit avoir lieu. A El Tejo, le meurtre de la fille des Labot laisse Martina de Santo un peu circonspect ; si un coupable a été désigné et trouvé, le flair de l’inspectrice lui dit que l’on se trompe de coupable.

Par un curieux hasard, tous les protagonistes vont se retrouver invités à l’inauguration de l’Hôtel de Camargo sur l’Ile de Pâques : au beau milieu des moais, l’inspectrice, son cousin ambassadeur, la romancière Ursula Sacromonte, les Labot et les Camargo au grand complet. Le destin des protagonistes serait-il lié ?

Pour tout vous dire, j’ai été déçu. Pas par le voyage extraordinaire au milieu du Pacifique sur l’Ile de Pâques, pas sur ce contexte magique et sur l’histoire de cette île magnifique, mais par le roman policier annoncé qui se résume à une quinzaine de pages au début du roman et au vingt dernières. Au final, on attend avec impatience quelque chose, un meurtre : il arrivera mais il arrivera tard sur la fin. Le final laisse croire qu’il a fallu boucler une histoire dont on ne croyait pas et où plusieurs détails restent sans solution. La seule chose qui relève l’intrigue c’est cet univers merveilleux : on se sent transporter à l’autre bout du monde. Dommage que l’on annonce un roman policier et non pas un joli livre de voyages…

Roberto

Ce soir dans El Pinguino…

Ce soir 13 avril 2014, El Pinguino revient sur les ondes d’Aligre FM (93.1 FM). Nous aurons le plaisir de revenir avec un cocktail vitaminé de bonne musique et de bonne humeur. La programmation sera concoctée avec soin par Iñaki et Céline pour de belles découvertes et quelques classiques.

El Pinguino reviendra également sur le 2ème gala « España te quiero » qui a eu lieu hier au bénéfice de l’association des parents et familles avec des personnes handicapées espagnoles en France. El Pinguino était fier de participer et collaborer dans ce joli événement organisé notamment par España en Paris.

Nous aurons également le plaisir de pouvoir bénéficier d’une interview en direct de l’auteur-compositeur et interprète argentin, Lucas Masciano. Nous vous présenterons sa musique et nous parlerons avec lui de ses projets.

Vous allez vraiment manquer ça? Rejoignez nous sur la banquise des pinguinos à partir de 22h sur www.aligrefm.org

LM1